Le rachat

Dernière mise à jour le : 20 Jan 2014

Afin d'améliorer le montant de votre retraite, atteindre le taux plein ou atténuer le coefficient de minoration, il existe la solution du rachat.

 

Au régime de base

Le rachat d’un trimestre peut être assorti d’un rachat de points du régime de base, avec pour conséquence d’augmenter les droits à la retraite.

1) Le rachat « loi Fillon »

Vous pouvez racheter des années d’études :

 

  • Si elles ont donné lieu à l’obtention d’un diplôme délivré par un établissement d’enseignement supérieur.
  • Si elles n’ont pas donné lieu à affiliation à un régime d’assurance vieillesse de Sécurité sociale.
  • Si le régime des professions libérales est le premier régime où vous avez cotisé.
  • Si au moins un trimestre a été validé dans le régime des professions libérales suite à l’obtention de ce diplôme.

Vous pouvez aussi racheter des années civiles ayant donné lieu à une affiliation au régime des professions libérales mais n’ayant pas permis d’acquérir les quatre trimestres d’assurance annuelle. Sont ainsi rachetables les réductions
accordées pour insuffisance de revenus professionnels.

Les conditions du rachat « loi Fillon »

 

 

  • Ne pas pouvoir prétendre à la retraite de base à taux plein.
  • Être âgé de moins de 67 ans à la date de la demande.
  • Votre pension de base ne doit pas être liquidée.
  • Vous ne devez pas avoir déjà racheté 12 trimestres dans le régime de base des professions libérales.
2) Le rachat de périodes de début d’activité exonérées de cotisation

L’assuré qui, avant le 1er janvier 2004, a bénéficié d’une exonération de cotisation au titre de deux premières années d’activité peut, sous certaines conditions, racheter au maximum 8 trimestres. Ces trimestres peuvent s’ajouter aux 12 trimestres rachetables pour années d’études supérieures ou années civiles incomplètes.

Mot-clés : rachat; options; calcul